Cela devient de plus en plus courant désormais de rencontrer des vapoteurs, ou e-fumeurs, ou encore des consommateurs de cigarette électronique. Cette renommée tient au fait que l’e-cigarette procure aux fumeurs plusieurs avantages tout en réduisant leur consommation de tabac.

L’e-cigarette constitue pour les fumeurs un moyen de garder leur habitude, notamment la gestuelle (bouche, main, cigarette) sans pour autant produire la fumée de tabac si nocive pour eux et aussi les non-fumeurs. La vapeur de l’e-cigarette étant estimée non polluante, différents lieux publics la tolèrent, en comparaison à la cigarette classique souvent prohibée. De plus en plus de fumeurs se tournent donc vers ce produit qui les avantage socialement et financièrement.

Un produit dont les effets sur la santé sont à étudier

Bien qu’accessible en divers magasins en France, la cigarette électronique suscite des débats voire des réserves dans certains milieux ainsi sa consommation n’est pas recommandée par des organismes tels que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

La cigarette électronique, bien que produisant de la vapeur – et non de la fumée – contient à doses variables de la nicotine. C’est cette substance, entre autres, que les organismes de santé internationaux redoutent le plus, étant classés par l’OMS comme “substance très dangereuse”. Par ailleurs, si les fabricants de cigarettes électroniques veulent en promouvoir l’utilisation comme outil de sevrage tabagique, il faudrait dès lors répondre à la règlementation médicamenteuse comme une autorisation de mise sur le marché (AMM) ainsi qu’un marquage

règlementaire de la Commission européenne.

La situation actuelle ne permet pas d’indiquer concrètement l’impact de l’e-cigarette sur la santé, faute d’études appropriées. Pour l’heure, l’ANSM souligne que les consommateurs de cigarette électronique contenant de la nicotine s’exposent au risque de dépendance à cette substance.